Twin Peaks à La Maroquinerie : rock juvénile et tapageur

Après une Boule Noire archi-blindée en octobre dernier, les gamins de Twin Peaks ont enflammé une Maroquinerie bondée à Paris avec leur rock juvénile et tapageur. Une vraie découverte à ranger entre The Band et les Clash.

Il faut voir Twin Peaks en concert. Les kids de Chicago dégagent une énergie débordante et contagieuse. Sur scène, les cinq musiciens, mèches rebelles, polos et t-shirts XL sur les épaules, ont l’air tout droit sortis d’un teen movie américain. Mais leur musique est bien inspirée. 

Bercé par “Let It Bleed”, Cadien Lake, chanteur, guitariste et membre fondateur du groupe, arbore le nom de l’album phare des Rolling Stones sur la poitrine. Au-delà de la patte Jagger-Richards, leurs compositions fleurent bon le punk des Clash ou l’Americana de The Band.

Dès le premier morceau (Under the Pines), ça envoie. Du garage rock survolté avec Clay Frankel au chant. Dommage que la balance ne soit pas au niveau. Impossible de suivre les paroles des morceaux. Surtout sur l’Americana de Getting Better, entonné en duo par le multi-instrumentiste Colin Croom et le bassiste Jack Dolan. 

Troisième morceau, quatrième chanteur, sur Walk to the One You Love, c’est Cadien Lake qui prend le micro. Ce groupe est un collectif.

De l’Americana au rock 70’s

Les copains de lycée ont commencé à jouer du rock amateur dans leur cave avant de devenir l’un des groupes les plus importants de Chicago. Dans une interview récente à Télérama, Cadien Lake résumait ainsi l’ADN de Twin Peaks : s’amuser à faire du rock en buvant des bières dans le sous-sol d’une maison, avec des potes, à Chicago. C’est exactement l’impression que renvoie le groupe sur scène.

Les rythmique entraînantes (guitare et clavier) tendance country constituent un socle redoutable pour supporter l’énergie foutraque apparente.

Face à eux, la fosse est peuplée de jeunes (très jeunes) adolescents. Ça slamme, ça pogote. En bons habitués des concerts pour troisième age (Bob Dylan, Mark Knopfler, on prend un sacré coup de vieux. 

De l’americana au rock 70’s, en passant par le RnB, le punk et le garage rock, les cinq gaillards revisitent les multiples facettes de la pop anglo-saxonne. Qui a dit que le rock était mort ?

Set list du concert de Twin Peaks à La Maroquinerie (11/02/2020)

Under the Pines

Getting Better

Walk to the One You Love

Fast Eddie

Irene

Ferry Song

Holding Roses

My Boys

Tossing Tears

Boomers

Dance Through It

Blue Coupe

Wanted You

In the Meadow

Strawberry Smoothie

Rappel

Unfamiliar Sun

Oh Mama


A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

David Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image