Mark Knopfler donne le ton à Barcelone

Barcelone 25 avril 2019, il est 23h30 et le concert de Mark Knopfler au Palau Sant Jordi vient de se terminer. Le public ressort réjouit, convaincu et en redemande.

Que s’est-il passé ? Pourquoi toutes ces mines réjouies ? Ce n’est rien, juste la fin d’un concert de 2h10 qui marque le début de la dernière tournée de Mark Knopfler « Down the Road Whenever Tour »… on vous explique tout !

C’est quoi un kickoff ?

Barcelone était le 1er concert d’une série de 85 où la caravane Knopfler (enfin le Jet privé) va sillonner l’Europe et l’Amérique du nord pendant les 6 prochains mois.

Un concert « kickoff » est le premier concert d’une tournée. Un saint graal pour tout amateur/fan d’un artiste. On découvre en live la setlist, les arrangements, la configuration de la scène, les musiciens, leurs instruments, les lumières, les arrangements…

Ce kickoff a un goût particulier et nous provoque plein d’émotions paradoxales, de l’euphorie, de l’excitation, mais également de la peur, de l’ennui, un sentiment d’être désabusé, blasé, lassé…
Souvent dû à une routine tournée après tournée, par le peu de prise de risques, une setlist statique ou des versions de plus en plus ralenties.

Mark Knopfler, la dernière tournée

Il l’a annoncé, ça sera bien la dernière. Et cette annonce officielle s’est faite ce soir devant les 13 000 personnes présentes au Palau Sant Jordi !

… I always loved to be in Barcelona
But now, I am an old man, you know.
So, I wanna thank you Barcelona for all the many happy years of me coming to say hello.
It is also goodbye Barcelona for me, I am very sad.
So hello Barcelona, dear Barcelona, I love Barcelona.
But I will still try to make some records and write songs, but has to be no more travelling for old granddad, nevermind.

Mark Knopfler, Barcelone, Palau Sant Jordi, 25 avril 2019

Pour la traduction française c’est ici (oui je suis fainéant).

Mark Knopfler et son secret bien gardé

4 ans d’attente, 4 ans de spéculations en tous genres, jusqu’aux dernières heures, le secret était bien gardé sur la setlist qui a crée beaucoup d’émules sur les réseaux sociaux : quels titres seront joués ? Comment ils seront joués ? Mark est-il en forme ? Pourra-t-il tenir la cadence des 85 concerts ? Deux semaines après notre live report de la comédie musicale LOCAL HERO à Edimbourg, on vous dis tout !

En ce jeudi 25 avril, jour de la saint Marc (un signe ?), Mark a remit les pendules à l’heure !… mais à l’heure d’hiver 🙁

Je me suis posé longtemps la question pour ce report, « Comment vais-je tourner ce papier ? Dois-je parler de chaque titre ? »
Je ne vous cache pas que ça fait 4 jours que ses questions me trottent dans la tête et surtout après avoir assisté au second concert de cette tournée (Report du concert de Valencia ici).

A froid, je peux enfin vous livrer mes impressions.
Pourquoi avoir tant attendu ? Parce que à la sortie du concert, très rares étaient les personnes qui avaient pu donner un avis objectif tant le public était envoûté par la prestation à laquelle on venait d’assister.

avant tout, je tenais à remercier toutes les personnes que j’ai pu croiser avant et après le concert. C’est toujours un plaisir d’échanger et de s’enrichir mutuellement. La liste est longue alors je ne citerai personne mais j’invite chacun à faire un commentaire, ça fera zizir 🙂

Palau Sant Jordi, 13000 places

Salle des plus austère avec une belle reverb digne des plus belles messes à Notre-Dame de Paris. Aucun charme mais il fallait commencer par une ville « chaude », et en avril, y’a pas beaucoup de choix possibles.

Ouverture des portes 30min après l’heure indiquée (on reconnait bien là la ponctualité du sud !), Une queue de plusieurs centaines de personnes (milliers?) qui pourrait rendre jaloux Rocco.
Le pire dans tout ça, même pas un bar digne de ce nom pour faire patienter avec une pinte de Voll-Damm. Mais rassurez-vous on a quand même trouvé, on n’allait quand même pas y aller sans un bon verre de double malt local !

#01 MK Barcelona : le déroulé du concert

20h30 : La salle se remplie.
Il y a du beau monde présent ce soir dans le carré VIP de la fosse (assise). On aperçoit le très populaire Rudy Pensa que chaque admirateur de guitare et Knopfler connaissent bien,
Mais aussi on trouve (pour les fans de football que je ne suis pas), Joan Laporta, l’ancien président du FC Barcelone (2003-2010). Les selfies et les sourires vont bon train en fosse. On est loin de Hugues Auffray au concert de Knopfler à Lille en 2005 qui avait refusé toute photo pensant faire une émeute… je vous laisse cogiter là-dessus ça fera votre soirée…

21h20 début des hostilités.
Bien évidemment la setlist avait fuité quelques heures avant mais la curiosité et l’impatience font que la saveur de ce concert aura quand même un très bon goût.

La scène est nouvelle, nouvelles lights, nouveau lineup et nouveaux instruments (plein de nouvelles guitares!), pas d’ampli sur scène ! Mais où sont ils ?!!! DTC surement :D.

Cette année, comme en 2005, on commence par Why Aye Man. Mais totalement ré-arrangée, une omniprésence des cuivres pour palier à un manque de pêche/dexterité de MK ? La réponse est OUI.
Très clairement MK a du mal à trouver ses notes et les faire sonner. Le duo trompette/sax le double sur le main-riff pour rajouter de la puissance. Et ça marche !
il est malin notre MK, se sachant en difficulté physique il a contourné le problème pour y apporter une solution très crédible et musicale. Mais pourquoi n’a-t il pas fait ça avant ?

Mark Knopfler et sa Gibson MK58 en plein concentration

On peut se dire les choses, car là il ne peut pas se cacher, il le dit lui-même, c’est un vieil homme. Et si vous voulez entendre la version Sultans d’Alchemy, passez votre chemin.

Ses zicos sont carrés, ça file droit. Quel son !
Je ne vais pas tout dévoiler, les vidéos de certains titres parlent d’elles-mêmes.

Quelques morceaux choisis :

Pour l’ouverture, même si Why Aye Man est une grosse surprise (mais avec un MK ayant pas mal de difficultés à sortir les notes), on est qu’au début de nos réjouissances…
L’outro de WAM encore inédit avec des questions réponses entre les musiciens, de nouvelles mélodies dans la mélodie (vous me suivez ?). changement de lineup se fait ressentir, c’est frais et ça groove (même si on observe quelques cafouillages).
Les zicos reprennent même MK qui s’égard entre deux licks. Bien entendu on ne s’attend plus à des solos endiablés tirés de l’ère Dire Straits mais, quelques notes inspirantes comme il peut encore le faire sur Hill Farmer’s Blues ou Telegraph Road me vont très bien.

Corned Beef City : Oh non pas elle !
Le morceau est une excuse pour que Guy nous ressorte ses plus beaux sons Bontempi ?! Très clairement celle-là il peut la changer. Mais, le slide est aussi un moyen de moins souffrir et comme on connait maintenant les problèmes d’arthrite/arthrose de notre Saint Marko, on lui octroie bien se petit plaisir. Mais il ne faudrait pas qu’il en abuse 😉

Sailing To Philadelphia : Chanson TRES applaudie… qui manque depuis 2010.
Mais ce soir (sur le solo) c’est une version surgelés Findus qu’il nous offre alors que le band lui, est déjà sur une version salade tomates oignons avec sauce samouraï cuisinés par Jean-François Piège !
Et malheureusement ça va être « un peu » ça toute la soirée.
Heureusement que le groupe est là, juste parfait et essaie au maximum de pallier aux « erreurs » de MK, notamment sur le tempo ou Ianto fait ce qu’il peut pour remettre droit notre britannique.

Once Upon A Time : LA première GROSSE surprise. Mais par quelle magie MK a sorti ce titre qu’il n’a plus joué depuis 36 ans ?! Le sorcier a mis de côté la strat pour sa plus belle Les Paul 58 signature. Une réadaptation (réussie) au goût du jour pour dépoussiérer cette chanson mythique d’ouverture d’Alchemy.

Mark Knopfler, Once Upon A Time In The West, Barcelone, 25 avril 2019

Je ne parlerai pas de Roméo & Juliet qui m’ennuie et en plus, ce soir pas de guitare National Style O 14 fret mais une Beard modèle 37 (cadeau de Jerry Douglas) à la place. Malheureusement pas le même son et pas le même effet visuel :-(.

My Bacon Roll : Une des bonnes surprise de son album. En live, il nous prive d’un bon solo mais la prolonge avec l’aide du public… je vous mets la vidéo pour vous donner une idée.

Mark Knopfler, My Bacon Roll, Barcelone, 25 avril 2019

Vient ensuite le quart d’heure américain, 3 chansons assises, pour reposer un peu plus notre presque retraité. Pour chacune d’elle, une guitare différente et des grattes qui nous n’avons pas l’habitude de voir :
– Une Stefan Sobell modèle MK 2 MS de 2013 pour Matchstick Man  
– Une National style O Duolian pour Done With Bonaparte
– Une Beltona Electro Resonator pour Heart Full of Holes  

Your Latest Trick, On Every Street et Postcards From Paraguay sont remis au goût du jour avec de très bons moments entre saxo/flûte/hautbois, guitare et trompette. Une mention spéciale à Postcards From Paraguay qui a fait remuer le popotin de certain(e)s et qui aurait pu figurer sur un live de Santana (si il y avait eu un solo de guitare digne de ce nom).

Graeme Blevins dans ses oeuvres, Barcelone, 25 avril 2019

Sur scène, c’est Knopfler le patron, le gouru d’une secte de 10 apôtres avec plus de 13 000 fidèles. Il donne les consignes, il est le chef d’orchestre. et tout le monde l’écoute religieusement (sauf les quelques Polonais bourrés qui ont passé leur temps à gueuler à emmerdé tout le monde, sans respect pour l’artiste et l’auditoire : Carton rouge!).

Un surprise peut en cacher une autre…. et il faudra attendre la 13ème chanson pour qu’enfin un des rêves de tout fan de Knopfler se réalise : Avoir ENFIN une version live de Silvertown Blues ! Je vous laisse voir/écouter.

Mark Knopfler, Silvertown Blues, Barcelone, 25 avril 2019

Comme à chaque fois, on ne peut échapper à ces deux morceaux qui sont devenus incontournables : Speedway At Nazareth et Telegraph Road.

Un Speedway At Nazareth toujours aussi efficace avec une belle montée en puissance de Richard. A noter que les lights n’étaient pas assez fortes pour faire sortir Richard de l’ombre.

Un Telegraph Road tout en beauté, puissant. Evidemment, il ne faut pas s’attendre à une version des débuts, Mark a juste l’intelligence d’en faire une version à la hauteur de ses capacités. On constate qu’il en a encore sous le capot. Ce titre lui donne une nouvelle jeunesse ! Le public est ravi.

1er rappel : Money For Nothing.
Grosse surprise qu’on attendait pas ! Avec une intro « percutante » qui monte en puissance. Malheureusement Mark a eu beaucoup de mal avec la partie guitare, un loupé sur le riff d’intro et quelques approximations sur les couplets/refrains. Mais est ce le principal ? Le public est ravi et sur scène la joie des musiciens est communicatif.

Mark Knopfler, Money For Nothing, Barcelone, 25 avril 2019

2ème rappel : Going Home (theme from Locah Hero).
Comme à la fin de la tournée Golden Heart de 1996, Mark a rangé sa strat et nous sort la Gisbon MK58 signature pour nous enrôler dans son Going Home où les cuivres reprennent en cœur la mélodie du thème. On se retourne et là, comme il est de coutume en espagne, des centaines de lumières de smartphones telle une voix lactée illuminent le Palau Sant Jordi.
Très beau spectacle son et lumière !

Malgré une tentative d’un Oe Oe Oe qui arrive un peu tard, (quand les musiciens regagnent leurs coulisses), notre maître de cérémonie ne reviendra pas….
Est-ce son denier concert à Barcelone, Lui seul le sait.

Mark Knopfler, Loca Hero, Barcelone, 25 avril 2019

Après le show…

23h30 après un dernier salue du groupe à la capitale Catalane, les lumières se rallument et à en voir les yeux ébahis des spectateurs, toutes les craintes depuis 6 mois se sont envolées.

On ressort de la salle avec encore cette mélodie de Local Hero qui nous trottine dans la tête pour ne plus y ressortir…

Il est temps d’aller se trouver un bar et de débriefer de tout cela avec quelques tapas et (encore) bières…
Les échanges ont duré jusqu’à 2h du mat’…

Mark Knopfler, HEUREUX, Barcelone, 25 avril 2019

Setlist Mark Knopfler,
Barcelone 25 avril 2019 :

01-Why Aye Man  
02-Nobody Does That  
03-Corned Beef City
04-Sailing To Philadelphia  
05-Once Upon A Time In The West  
06-Romeo And Juliet  
07-My Bacon Roll  
08-Matchstick Man  
09-Done With Bonaparte
10-Heart Full Of Holes  
11-She’s Gone
12-Your Latest Trick  
13-Silvertown Blues  
14-Postcards From Paraguay  
15-On Every Street  
16-Speedway At Nazareth
17-Telegraph Road  

Rappels :
18-Money For Nothing  
19-Going Home: Theme from Local Hero

Lineup Mark Knopfler,
Barcelone 25 avril 2019 :

  • Mark Knopfler : Guitare & voix
  • Guy Fletcher : Claviers, guitare, backing vocal
  • Richard Bennett : Guitare et mandoline
  • Jim Cox : Piano & accordéon
  • Graeme Blevins : Saxophone et autres instruments à vent
  • Tom Walsh : Trompette,
  • John McCusker : Violon, mandoline
  • Mike McGoldrick : Cornemuse et d’autres instruments bizarres
  • Glenn Worf : basse
  • Ian ‘Ianto’ Thomas : Batterie
  • Danny Cummings : Percussions

Galerie photos Mark Knopfler,
Barcelone 25 avril 2019 :

A lire aussi :

A propos de ce blog

Vous aimez les guitares, les cheveux longs et la sueur de la fosse, ce blog est fait pour vous.

Notre mission : vous faire (re)vivre les concerts auxquels on assiste. Et ne comptez pas sur nous pour brosser les métalleux dans le sens des poils, chez I WAS THERE, on n'est pas des vendus, on paie nos places.

Ce site est aussi le votre, si vous avez des photos, des commentaires ou des liens à partager : n'hésitez pas !

Étiquettes

Elian Écrit par :

10 Comments

  1. Kamel CHEMEINGUI
    30 avril 2019
    Reply

    La review est assortie aux photos, bluffant, et criant de vérité. Toujours un régal de lire ce condensé, agrémenté de très belles photos. Comme dirait une ex Première Dame de France : « merci pour ce moment ». Toujours un plaisir.

    • Elian
      30 avril 2019
      Reply

      Merci Kamelto 😀

  2. David Cantier
    30 avril 2019
    Reply

    Super Article Elian ! Tout y est ! J’ai revécu le concert entre tes lignes et photos (excellentes 😉 ) comme les voll-damn !! il va chauffer les cylindres Papy knopfler et nous gratifier de belles versions encore pour cette tournée 😉 … Bonne tournée à tous !

    • Elian
      30 avril 2019
      Reply

      Merci David, la Voll-Damm donne des ailes 🙂

  3. Nicolas YUNG
    1 mai 2019
    Reply

    Article un peu dur pour le fan que je suis, dont la passion ne permet sûrement pas d’être Objectif. Alors oui il y a du vrai mais en ce qui me concerne la magie Knopfler agit toujours autant. Merci pour l’article et surtout pour les paroles de MK dont je n’avais saisi que quelques bribes… Je ne devais pas être loin du groupe de polonais !

  4. Fred
    1 mai 2019
    Reply

    Je vais le voir le 7 mai à Toulouse….est ce qu’il y a une chanson qui donne le signal à partir duquel le public peut s’approcher de la scène ? Feras tu le commentaire de chaque concert comme les années précédentes ? Tu n’avais pas commenté le tracker tour pour la partie américaine et c’est bien dommage car il y avait des hill farmers blues de toute beautée….bien amicalement et encore bravo pour tes commentaires que le passionné que je suis se régale de lire….

  5. Biraud Stéphane
    1 mai 2019
    Reply

    Merci Élian pour ce super article ainsi que les photos.
    Pour moi ce sera Bordeaux le 6 mai, Toulouse le lendemain et Paris le 17 Juin.
    En espérant avoir des surprises dans sa Setlist pour sa venue en France, qui sait on peut rêver
    Bravo pour ton site et au plaisir de lire les prochains concerts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image